Logo SCOPBTP
Scop BTP
 
Accueil > Extrait web du moniteur interview de J.PETEY

 

« Il faut flécher l’épargne vers le secteur du BTP »

Propos recueillis par Emmanuelle N'Haux | 21/03/2013 | 15:24 | Entreprises de BTP

Vincent Leloup/Le Moniteur
Jacques Petey, président de la fédération des Scop BTP

 

Du 22 au 23 mars se tient le XXIe congrès de la fédération des Scop du BTP à Dijon. A cette occasion, Jacques Petey, son président, revient sur les grands sujets qui touchent ou qui vont impacter le secteur du BTP dans les mois à venir.

 

Le XXIe congrès des Scop s’ouvre dans une conjoncture morose. Quelle analyse faites-vous de la situation économique actuelle ?

Depuis la crise de 2008, particuliers et entreprises, vivent dans un climat d’inquiétude. La situation économique est certes bouleversée mais je crois qu’il est important de regarder devant nous. La société change et nous devons être attentifs à ces évolutions, bien au-delà des seuls aspects économiques. Nous devons aborder cette crise de manière globale avec une dimension économique, environnementale et sociétale tout en développant une politique de long terme et non « court termiste » comme nous le constatons actuellement. Et surtout, mettre les hommes et les femmes au cœur de nos préoccupations notamment dans la construction qui est une industrie de main d’œuvre.

 

Les difficultés budgétaires de la France sont sérieuses. Quelles répercussions pouvez-vous craindre au niveau du secteur du BTP ?

Notre pays connaît des problèmes de logements, de rénovation thermique des bâtiments, de modernisation et d’entretien des infrastructures. Malgré sa capacité de résistance éprouvée depuis 4 ans, notre secteur entre dans un cycle qui clôt définitivement une décennie de croissance. Les décideurs, que se soit l’Etat ou les collectivités locales, ne doivent pas lâcher le BTP ! Notre secteur d’activité est un secteur porteur qui, au-delà de ses propres entreprises, génère de l’activité en amont comme en aval de la chaine de création de valeurs. Soutenir le BTP, c’est soutenir toute l’économie française.

 Face aux difficultés budgétaires de notre pays, ma crainte est que nos décideurs politiques révisent leurs objectifs à la baisse, notamment en termes de logements, de construction et de rénovation d’infrastructures.

 Toutefois, je veux rester positif et me dire que nous sommes capables d’attirer et former des jeunes à nos métiers, d’insérer des personnes éloignées de l’emploi… à condition qu’il y ait des chantiers !

 

Pensez-vous que l’objectif des 500 000 logements construits et 500 000 logements rénovés soit réaliste ?

C’est un objectif ambitieux que beaucoup d’observateurs considèrent irréalisables. Il faut tenir ce cap car les Français ont besoin de se loger décemment, tout en conciliant les réalités budgétaires.

 

Pensez-vous que le relèvement du taux de TVA réduit de 7% à 10% mettra un coup d’arrêt aux travaux de rénovation énergétique des Français ?

 En deux ans, le taux de TVA va quasiment doubler. Il est à craindre que les Français abandonnent leurs projets de travaux au profit de l’épargne. Si les décideurs politiques veulent réellement inciter nos concitoyens à un nouveau mode de consommation de l’énergie, il est nécessaire de mettre en place des dispositifs pour soutenir ces efforts. L’heure n’étant pas aux aides directes, d’autres aménagements peuvent être trouvés comme des emprunts à taux 0, dont les intérêts d’emprunt pourraient venir en déduction des droits de succession par exemple.

 

Les entreprises de travaux publics, très dépendantes de la commande du bloc communal, s’attendent à souffrir en 2014, année électorale. Comment appréhendez-vous la situation ?

 Nous sommes à la veille d’une année électorale et attendons, avec impatience, le vote des budgets. Les périodes d’avant élection sont traditionnellement délicates. Les collectivités locales doivent poursuivre leurs efforts en termes de d’aménagement, d’entretien des routes, d’équipement publics… C’est leur mission de service public !

 

Existe-t-il, selon vous, des modes de financement alternatifs ?

Sans doute. Et l’épargne apparaît comme une source intéressante de levier de financement. Les masses financières existent alors pourquoi ne pas proposer aux Français de placer directement leur argent dans des projets de construction d’équipement, comme des écoles, des crèches, des stades… Il s’agit de trouver des solutions incitatives permettant d’orienter ces masses financières vers la construction durable de bâtiment et d’infrastructures lourdes. C’est un « new deal » à la française qu’il faut lancer dans le bâtiment et les travaux publics sur 10 ans par une politique de grands travaux et de rénovation énergétique. Il y a d’énormes besoins mais aussi des moyens qui au lieu d’être cantonnés dans l’épargne doivent être « fléchés » vers le BTP. Les solutions existent, il faut donc être créatif, incitatif et ambitieux ! Et croire en l’avenir…

 

Le marché du travail est aujourd’hui extrêmement tendu. Le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi, qui sera examiné par les députés à partir du 2 avril, apporte-t-il des réponses intéressantes ?

Ce texte va dans le bon sens. Il va permettre aux employeurs d’introduire de la souplesse en cas de difficulté tout en sécurisant les salariés. Les lignes bougent côté patronal comme côté syndical et je m’en félicite.

 

La Capeb et la FFB ont pointé la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs et d’entreprises étrangères qui pratiquent le dumping social. Partagez-vous leurs préoccupations ?

Nous avons les mêmes sujets d’inquiétude que nos confrères sur ces sujets.

Le régime de l’auto-entrepreneur a certes permis de relancer des personnes éloignées du marché de l’emploi mais il pose des questions au niveau de la fiscalité, la qualification, des assurances etc. Il a besoin d’être davantage encadré.

Concernant les entreprises étrangères qui viennent traiter des marchés dans notre pays, il y a deux sortes d’entreprises : celles qui sont en règles – mais dont le niveau de cotisations sociales reste néanmoins inférieur à celui des entreprises françaises – et les autres.

 

Voir l'article sur le site du Moniteur

Ce que la SCOP BTP
peut vous apporter -

TROUVER
une SCOP BTP

WEB TV
Notre actu en vidéo

...
Voir notre WebTV Lire la suite